Stop the Crop

For a sustainable, GMO-free future

Quel est le problème posé par les cultures GM?

Partout où elles sont cultivées, les plantes génétiquement modifiées (GM) sont associées à une augmentation massive de l’emploi d’herbicides, à l’extension de la monoculture comme pratique agricole et à une augmentation des coûts tout au long de la chaîne alimentaire. Les impacts sociaux, environnementaux et économiques de leur culture sont graves – contribuant au fait que des paysans perdent leurs terres et leur mode de vie, les privant de leurs moyens de lutte contre la pauvreté.

L'opposition publique a permis, jusqu'à présent, de limiter l'expansion de la culture des plantes génétiquement modifiées (PGM) en Europe. On ne trouve en Europe qu'un peu de maïs GM, surtout cultivé en Espagne pour l'alimentation animale. Cependant, l'agro-industrie a présenté des dizaines de demandes d'autorisation pour cultiver de nouvelles variétés GM dans l'Union européenne : la Commission européenne compte cette année relancer les débats en vue d'une autorisation de mise en culture de 25 nouvelles variétés GM. Celles-ci, des maïs, des sojas et des betteraves sucrières, sont  résistantes à l'herbicide RoundUp ou produisent un insecticide.

Des cultures toxiques

La plupart des variétés GM relèvent de l’une des deux catégories. Elles sont fabriquées soit pour résister à des herbicides chimiques, soit pour produire elles-mêmes des insecticides. Les variétés résistantes aux herbicides induisent une utilisation accrue de ceux-ci, ce qui augmente les coûts de production pour les paysans et aggrave les problèmes environnementaux et de santé publique posés par ces substances (largement documentés auprès des populations dans les pays en développement qui vivent à proximité des grandes plantations de PGM). Les cultures qui produisent des toxines produisent celles-ci en continu, y compris quand elles ne sont pas nécessaires, et tuent sans discrimination d'autres insectes utiles aux cultures et à l'environnement.

Contrôle des grandes entreprises 

Les variétés transgéniques sont brevetées - ce qui a pour conséquence que la recherche, la sélection et au final la totalité de la chaîne alimentaire des cultures GM tombe sous le contrôle de quelques entreprises multinationales comme Monsanto, Bayer, Syngenta, Pioneer et Dow. Le marché des plantes GM est structuré par la volonté de ces entreprises de vendre plus d'herbicides et de semences, dans une recherche agressive de profits. Les variétés traditionnelles et locales associées à des méthodes modernes de sélection végétale sont pourtant systématiquement moins chères et mieux adaptées aux conditions locales. 

Contamination en cours

La culture et le commerce des variétés GM imposent des coûts supplémentaires non seulement aux agriculteurs mais aussi aux entreprises des chaînes alimentaires humaines et animales, qu'elles travaillent en biologique ou en conventionnel. Les coûts de la protection des semences, des cultures et des aliments non-GM contre leur contamination par les variétés GM sont intégralement à la charge des producteurs non-GM. C'est profondément injuste : les coûts induits par ce type de pollution sont à la charge de la victime de la situation, non du pollueur.

Les cultures GM ne permettent pas de réduire la faim ou la pauvreté

Les promesses répétées de l'agro-industrie selon lesquelles les cultures transgéniques pourraient répondre aux problèmes sociaux à travers le monde ne sont pas crédibles. Il n'existe toujours pas de variété GM qui soit en mesure de garantir des rendements accrus, une meilleure nutrition, qui soit résistante à la salinisation croissante des sols ou qui affiche d'autres caractéristiques "bénéfiques". Les cultures GM demeurent limitées à une poignée de pays aux agricultures très industrialisés, dans lesquels les variétés GM cultivées sont des cultures de rente destinées à être vendues sur les marchés mondiaux du textile, des aliments pour le bétail ou des biocarburants, mais n'ont pas vocation à nourrir les populations.

La grande majorité de la population européenne considère que les cultures transgéniques n'offrent aucune valeur ajoutée et ne font qu'apporter des risques supplémentaires en matière d'environnement et de santé publique. Plusieurs gouvernements européens ont interdit la culture des plantes GM. Il existe des régions sans PGM dans presque tous les pays européens, certains presque entièrement couverts de telles régions. Les plus grandes chaînes de supermarché et entreprises agro-alimentaires en Europe ont cessé de commercialiser des aliments contenant des ingrédients GM depuis plus de 10 ans.

Au moment où la Commission européenne envisage d'ouvrir les portes de l'Europe à la culture de nouvelles plantes GM, ces pages vous présentent quelques-uns des dangers de ce modèle agricole, et plaident en faveur d'une agriculture dont les produits soient rémunérateurs pour leurs cultivateurs et sains pour l'homme et l'environnement.

About the Stop the Crop campaign

This website and film present some of the dangers of GM-crops, and call for people across Europe and beyond to take action to stop them. We need a future of food and farming that benefits people and planet, and not the pockets of big business. We need to stop GM-crops from spreading across Europe. You can sign up for updates and alerts opposite.

Sign up

To prevent automated spam submissions leave this field empty.